LA VOIE
         INTERIEURE
 
      Choisir une voie d'évolution
      & travailler sur Soi.
  

   
PRÉAMBULE
 
Bienvenue, sur cette partie de mon site qui touche à la spiritualité. Dans toute sa diversité, cette spiritualité n'est qu'un élément, un aliment de l'âme pour nous permettre de réfléchir au sens que nous accordons à notre existence. Pour beaucoup de personnes et cela depuis que les humains sont devenus sapiens-sapiens, sages et connaissants, des questions se posent à certaines étapes de leurs vies. Devant le vide et l'absence de réponses, notre esprit se tourne vers ce qui pourrait répondre à nos questions existentielles. Je vous offre donc cette approche spirituelle dans sa multiplicité. Ce n'est que pour faire écho, à ce qui vous semble vous interpeller et vous parler au cœur de vous-même. C'est comme un levier ou un outil pour répondre à la quête de vous-même. Dans ce que je vous propose, il n'y a aucune religiosité, ni sectarisme, juste une large ouverture d'esprit sur l'état de notre condition humaine. Vous pouvez explorer ce que bon vous semble, du moment où vos interrogations prennent un sens, le sens que vous pouvez réellement donner à votre vie et votre état d'être. Si cela peut vous mener au chemin de l'éveil, j'aurai fait passer le témoin de ce qui m'a constitué. Alors bonnes découvertes…
 
L'EVEIL
 
"La création est en même temps ombre et lumière, sans cela aucune image ne serait possible. Le bien et le mal doivent alterner au sein de la MAYA qui représente l'incarnation dans l'illusion de note vie terrestre. À supposer qu'en ce monde ici-bas, le bonheur soit infini, l'homme chercherait-il autre chose? Sans la souffrance, se rappellerait-il son essence éternelle, oubliée? La douleur d'exister incite à se souvenir que nous ne sommes que mortels et la sagesse est le moyen de s'y soustraire pour percevoir notre Quintessence. Irréelle est la tragédie de la mort; ceux qu'elle effraye ressemblent à l'acteur stupide qui, sur les planches, a peur d'un coup de pistolet qu'il sait tiré à blanc." Swami Yogananda.
 
 
Voici quelques propos sur le sens du travail sur Soi et la pratique de la Voie Intérieure pour entendre au fond de nous cette Voix authentique qui sait ce que nous sommes vraiment. J'ai élaboré ce texte sur la transformation de Soi en voulant être le plus clair possible. En psychanalyse, on parle de " résilience ", cette capacité à résoudre nos souffrances. L'éveil fait partie du développement personnel à prendre une distance avec nos souffrances les plus intimes pour les rendre utiles et ainsi les dépasser.
 
Avant de développer ce texte, je voudrais citer un passage d'un des derniers livres de J-C Grangé " Le Passager " : La fin du XXe siècle a répété jusqu'à l'usure un lieu commun, résumé par la sentence de Nietzshe " Tout ce qui ne me tue pas me rend plus fort ". C'est une sottise, du moins dans son acceptation banale et contemporaine. Au quotidien, la souffrance n'endurcit pas. Elle use, fragilise, affaiblit. L'âme humaine n'est pas un cuir qui se tanne avec les épreuves. C'est une membrane sensible, vibrante, délicate. En cas de choc, elle reste meurtrie, marquée, hantée. La souffrance devient alors maladie, avec sa vie propre, sa respiration, ses oscillations. Elle se réveille sans prévenir et, plus dangereux encore, se nourrit d'elle-même. La souffrance surgit souvent sans lien visible avec le présent ou l'environnement. Même si le lien existe, il est si profond, si enfoui que la personne ne peut le mettre en évidence sans une aide extérieure.
 
Il existe toutes sortes de voies qui peuvent conduire à s'éveiller à soi-même et comprendre la réalité de ce que nous sommes vraiment et la véritable nature du monde qui nous entoure. La psychanalyse, la philosophie, la méditation, les arts martiaux, le Zen,  le yoga ou la sexualité ne sont entre autres que des moyens, des révélateurs de notre propre nature. Prenons par exemple la sexualité qui peut révéler nos bas instincts et ne rester que l'expression de notre soif de plaisir. Si nous commençons à la considérer autrement avec une voie spirituelle comme le Tantrisme, nous pouvons découvrir qu'au-delà de la partie animale qui s'exprime dans l'acte sexuel, il y a en nous une parcelle divine qui nous appelle à rejoindre notre partenaire dans une dimension vibratoire qui transcende l'acte lui-même. Notre orgasme devient une communion avec l'autre sans passion dans la beauté de l'instant. La sexualité devient ainsi une autre expression de nous-même car elle transforme l'acte autant qu'elle nous transforme. Alors, transformer son existence n'est pas une chose facile. Elle est même souvent ardue, difficile voir impossible.
 
Qu'est-ce qui peut nous inviter à la transformation de nous-même? Les épreuves, les déceptions, les trahisons, les abandons, les incompréhensions? Autant de souffrances que nous rencontrons parfois sur la route de notre vie qui peuvent nous inviter à ce changement, car un individu remet rarement en cause son propre bonheur.
 
L'être humain ne commence à se transformer intérieurement que lorsqu'il entrevoit le propre sens de sa transformation. Sinon, il continue à rejeter la faute sur les autres, les situations, la vie, le destin ou la mal-chance. Alors, vient le temps de prendre une voie pour s'éveiller à une autre dimension de la vie. Dans cette quête, bien des voix vont surgir dans notre mental pour remettre en cause la nécessité de cette transformation et du travail qui est à accomplir car nous sommes souvent l'otage de nos propres démons qui sont pourtant assez simples à identifier: En premier lieu, la peur qui nous empêche de progresser puis d'autres choses qui nous retiennent comme l'orgueil, la cupidité, l'ignorance ou le désir parce que désirer, c'est posséder et avoir ainsi l'illusion d'exister. Ces voix ne sont que l'expression de notre difficulté à lâcher prise, à nous ouvrir à notre essence, notre humanité, notre Soi authentique, à cette chose immatérielle, inexplicable, incommunicable qui n'est pas entachée par la souffrance d'exister imparfaitement. Commencer le travail sur soi, c'est entrevoir que nous ne sommes que perfectibles car la perfection n'existe pas. Le travail sur soi-même n'est plus alors une contrainte mais l'astreinte volontaire à garder l'équilibre et l'harmonie en nous et la relation avec notre monde. C'est là que se trouvent le secret et la beauté du travail intérieur.
 
Certains arrêtent ce travail intérieur à un moment, entrant dans la certitude d'avoir enfin compris cette chose si apparemment incompréhensible et avoir découvert une vérité, la vérité sur le sens de l'éveil. Les faux prophètes et les faux gurus jouent de cette illusion parce qu'ils en font un objet de pouvoir car leur vision est incomplète. Le grand égarement est l'arrogance de croire en la possession d'une vérité qui ne peut exister qu'à l'intérieur de nous-même. Elle est incommunicable par essence.
 
Pour rendre communicable cette chose mystérieuse, il faut entrer dans le partage, l'amour, l'amitié, la fraternité, la bienveillance, la compassion pour qu'ils deviennent autant d'expressions de la Sagesse. La Sagesse devient alors une pratique authentique, celle de l'éveil à la beauté de la vie. La Vie est Universelle car elle relie et unit tous les Êtres sur cette terre. Celui qui perçoit peut-être cette unique vérité peut s'éveiller à la vie. L'éveil est plus qu'une voie, c'est un cheminement vers le merveilleux.

Si nous appelons Bouddha, l'Éveillé, qu'est-ce que cela signifie ? Quel est cet Éveil ? C'est, en réalité, la cessation de nos illusions, les rêves ne sont plus. C'est comme s'il n'y avait plus d'étoiles dans le ciel. Ce n'est plus qu'un pur espace. Quand il n'y a plus de rêves, vous devenez un pur espace. Il existe malheureusement une grande confusion à propos de l'état d'Éveillé car cet état implique non seulement un grand détachement mais aussi une grande compréhension de notre raison d'être sur cette terre. Bouddha a dit que nous étions prisonniers par nos vies dans la Maya, la grande "Illusion". Peu d'individus sont arrivés à ce degré d'illumination et de compréhension de cette illusion. Le passage à l'éveil représente autre chose car il signifie un commencement et non une fin, juste l'entrée dans une voie qui peut conduire tout individu à être en état de veille permanente et être ainsi un Éveillé. C'est donc cette pureté, cette innocence, cette conscience, sans rêves que l'on appelle l'Éveil, l'Illumination.
 
Depuis des siècles, à travers le monde entier, Orient ou Occident, les Grands Maîtres Spirituels l'ont dit " l'homme est endormi ". Ainsi, la nuit, vous êtes simplement un peu plus profondément endormi que le jour. Voilà ce qu'il faut essayer de comprendre. Qu'est-ce que cela signifie ? Pourquoi Gurdjieff a-t-il dit, lui aussi, que " l'homme est en quelque sorte endormi ". Il disait aussi que "l'homme doit se réveiller pour se rappeler à lui-même" parce qu'il ne sait pas qui il est car il ne s'en souvient pas.
 
Savez-vous réellement qui vous êtes? Si vous rencontriez une personne dans la rue, que vous lui demandiez qui elle est, et qu'elle ne puisse pas vous répondre, que penseriez-vous d'elle ? Vous penseriez soit que c'est un fou, soit que c'est un drogué, soit que cette personne est endormie. En prenant une voie d'éveil à soi-même, on peut arriver à dire qui l'on est.

Voilà la première signification des paroles de Gurdjieff, Jésus ou Bouddha: "Vous n'êtes pas conscient de vous-même". Vous ne vous connaissez pas. Vous ne vous êtes jamais rencontré. Vous connaissez beaucoup de choses dans le domaine de l'objet, mais vous ne savez rien de celui du sujet. Vous vivez comme on va au cinéma. Sur l'écran, le film passe, et vous êtes tellement absorbé par le film, l'histoire, ce qui apparaît sur l'écran, que si quelqu'un vous demande qui vous êtes, vous ne trouvez rien à répondre.

Le rêve est comme un film! C'est le reflet du monde dans votre mental. Le monde, la vie, votre vie se reflètent dans le miroir du mental. Voilà pourquoi beaucoup de choses ne sont qu'illusions. Et vous êtes si profondément absorbé dans vos pensées, vous vous identifiez tellement à elles, que vous avez complètement oublié qui vous êtes. Vous êtes " endormi ". Comme un rêveur qui est perdu dans son rêve, vous voyez tout, à l'exception de vous-même; vous sentez tout, à l'exception de vous-même; vous connaissez tout, à l'exception de vous-même. Cette ignorance de Soi, c'est le sommeil. Si le rêve ne cesse pas un jour, un moment, un instant, vous ne pouvez pas vous éveiller à vous-même. " Perdre ses illusions n'est pas une souffrance, cela doit devenir une nécessité ressentie ". Si vous êtes souvent affecté par vos désillusions et que vous ressentez une grande frustration, c'est que vous êtes encore dans le monde de l'illusion. Vous exigez des choses que vous n'arrivez pas à posséder et vous êtes frustré d'être dépossédé de choses que vous ne possédez même pas! C'est que vous êtes encore dans le rêve.

Il vous est peut-être arrivé de rester au cinéma pendant plusieurs heures. Absorbé par le film, vous l'avez regardé pendant trois heures, et brusquement le film s'arrête et vous reprenez vos esprits. Vous vous rappelez soudain que trois heures ont passé, que ce que vous avez vu n'était qu'un film. Vous sentez vos larmes. Vous avez pleuré, parce que le film était triste ou peut-être que vous avez ri. Et maintenant, c'est de vous que vous riez. Quelle bêtise ! Ce n'était qu'un film, juste une histoire ! Il n'y avait rien sur l'écran, seulement un jeu de lumières et d'ombres, un phénomène électrique. Maintenant, vous en riez ; vous êtes revenu à vous. Mais où étiez-vous pendant ces quelques heures ?

Vous n'étiez pas au centre de vous-même. Vous étiez complètement à la périphérie. Vous étiez là où le film était, mais vous n'étiez pas au centre de vous-même. Vous n'étiez pas avec vous. Vous étiez ailleurs! Celui qui commence à reconnaître cela, éprouve le passage à l'éveil comme s'il passait d'un cinéma en deux dimensions à une vision progressive en trois dimensions. Il réalise consciemment qu'il regarde un film merveilleux constitué d'effets spéciaux mais ce n'est toujours pas la réalité objective. Une nouvelle conscience devient alors nécessaire pour corriger notre vision des choses car nous avons été souvent conditionnés à ne percevoir le monde et nous-même que sur le plan de la dualité. Majoritairement, on ne nous a pas guidé à être au centre de nous-même pour créer cette troisième dimension objective.
 
Être en soi, exige donc un travail conscient et objectif qui conduit à un état d'équilibre et de sagesse. Cet état est lié à un savoir et à des connaissances sans lesquelles il n'est pas possible ou rarement possible de l'atteindre. Ce savoir n'est pas seulement celui de la vie ordinaire et son bon sens ou sa logique. C'est une connaissance de nature supérieure qui, si elle est mise en pratique, crée en soi une conscience de nature supérieure. De tout temps et en tous lieux, des hommes et des femmes, qui ont atteint cet état de conscience, ont considéré qu'il y avait la nécessité d'une transmission, d'un enseignement approprié.
 
Transmettre impose le sens du service, servir une cause noble. Ainsi, celui qui fait passer le sens de l'éveil va pouvoir en se rectifiant lui-même guider celui qui s'éveille à la connaissance de soi, de l'être qui est en lui. Nous ne pouvons pas nous transformer seul car si on le fait, on continue à cultiver nos illusions. Se laisser guider, c'est aussi reconnaître intuitivement qu'il nous manque quelque chose que l'autre possède. L'important n'est pas le guide mais son enseignement qui vous suggère une autre manière de voir les choses sur vous-même, par vous-même. Un véritable guide n'est pas dans le pouvoir ou la manipulation car il ne peut que se posséder lui-même. Il ne fait que partager et contribuer à votre propre éveil avec sincérité, authenticité et efficacité. C'est parfois cette efficacité qui soulève nos résistances à notre propre transformation. 
 
Le point de départ de cette étude impliquant une pratique, est la perception de cet état de conscience particulier de l'être humain qui ressemble plus à une espèce de sommeil éveillé qu'à un véritable état de veille. En effet, l'être humain est susceptible de connaître la conscience de sommeil (avec ou sans rêve) et une conscience de veille : cette dernière est en réalité un demi-sommeil dans lequel l'être humain est, la plupart du temps, préoccupé par lui-même, oubliant pendant ces instants le monde extérieur. Il n'est pas là, étant comme hypnotisé par ses pensées, ses émotions ou son propre corps physique ou bien, il est concentré sur le monde extérieur et s'oublie alors lui-même (inconscient de soi, endormi à soi).
 
Cet état de demi-sommeil est la cause de la plupart des malheurs de l'être humain et de ceux qu'il inflige aux autres et au monde.
 
Il existe deux autres états de conscience, la conscience de Soi et la conscience Objective, qu'on peut atteindre en s'éveillant à ce demi-sommeil. Cet éveil représente une alternative sérieuse aux souffrances individuelles et collectives. C'est aussi le raisonnement de la plupart des grands courants spirituels qui universellement au-delà des religions, des dogmes et des cultures, appellent l'individu à sortir de sa dualité pour s'éveiller à cette conscience objective. C'est aussi la possibilité pour chaque individu d'atteindre l'équilibre, l'harmonie et la paix en Soi.
 
" Apprendre à rendre sa souffrance utile. "
 
Jeff Le MAT 
 

 

Jeff Lemat l'éveil from Jeff Lemat on Vimeo.